jeudi 19 avril 2012

Corrosion of Conformity (Corrosion of Conformity) - Présenté à l'émission Rock Classique du 9 mars 2012


Corrosion of Conformity
Corrosion of Conformity
Métal
Sortie : déjà disponible

Pour ce huitième album studio en quasiment 30 ans de carrière, Corrosion of Conformity ont bizarrement décidé de l'intituler tout simplement... Corrosion of Conformity. Une démarche surprenante mais qui s'explique peut-être par le fait que ce groupe de vétérans du sud des États-Unis est revenu à sa formation originale avec le trio de musiciens qui a enregistré le premier disque, Eye for An Eye de 1984 (un des premiers albums de punk métal-hardcore-crossover), depuis le départ de leur chanteur et guitariste, Pepper Keenan, qui a tout simplement décidé de rester avec son autre groupe, Down, qui a connu passablement de succès dans les dernières années.

On le sait, c’est Pepper Keenan qui a amené la direction stoner/sludge/southern metal dans Corrosion of Conformity. Alors, avec son départ et le retour du trio de musiciens originaux, on aurait pu s’attendre à un retour aux sources punk, mais les gars ne sont pas fous et avec le succès que les disques que C.O.C. a enregistré depuis les années '90, il aurait été mal avisé de revenir complètement en arrière. Donc, Corrosion n’est pas retourné au punk mais on sent quelques relents du genre à travers leur rock lourd et un certain retour à leurs racines dans leur sludge. Dans plusieurs magazines spécialisés on a parlé d’un retour à l’album classique Animosity de 1985, mais il est préférable de mettre en garde ceux qui sont restés accrochés sur ce classique car ils risquent fort d’être déçus s’ils se fient à ces scribes car en effet le nouveau disque en est loin. Le nouvel homonyme de C.O.C. est très bon – c’est probablement un de leurs meilleurs en carrière - mais il est à des années lumières de ce que les fans originaux du groupe auraient souhaité. Il est rempli de très bonnes pièces dont la pièce d'ouverture, Psychic Vampire, et les tre`s efficaces River of Stone, Your Tomorrow, Leeches, The Doom, The Moneychangers, Rat City et l'excellente instrumentale El Lamento de las Cabras. Par contre il ya aussi du remplissage et on aurait dû retirer 3 ou 4 morceaux, le résultat en aurait été meilleur.
Cote: 7,5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire